Partis de Yoff à 9hoo du matin avec un taxi qui nous amène à la gare routière Pompiers de Dakar, nous embarquons dans un minibus Mercédes vieux de plus de 30ans qui doit nous conduire à Saint-Louis. Après une heure d'attente pour qu'il se remplisse, nous démarrons enfin dans une circulation d'abord dense puis bloquée ensuite pour la traversée de Rufisque (bouchon de 2 heures environ). Seulement voilà, à la sortie de Rufisque, arrêt sur le bas-côté, tout le monde descend on nous annonce une panne (roulement de roue arrière à changer). Le chauffeur démonte roue, roulement et demi-arbre sur le sable, puis deux heures après le garagiste arrive et nous dit qu'il n'a pas la pièce. Le chauffeur nous annonce que nous pouvons continuer par nos propres moyens. Alors là, c'est presque la révolution, les passagers demandent le remboursement, le chauffeur refuse, il est bousculé, menacé, puis arrive un médiateur de je ne sais où. Tout le monde parle en Wolof et nous nous faisons traduire de temps en temps, le médiateur nous fait rembourser au prorata du trajet parcouru. Puis on nous dit, mais nous le savions, que des étranger ne doivent pas partir seul sur la route dans la nuit qui vient de tomber.

Nous nous joignons à une jeune femme qui va elle aussi à Saint-Louis et nous ne la quitterons pas jusqu'à l'arrivée. Grâce à elle nous monterons dans un bus (50 places) bondé alors que l'apprenti ne voulais pas qu'on monte, nous ferons 4h30 de route pour arriver à 4 heures du matin à Saint-Louis. Heureusement, notre hôte, Ousmane, à qui nous avions téléphoné, nous attend avec sa voiture personnelle et nous nous coucherons  aux environs de 5 heures.

Conclusion, nous n'avons pas pris de risque dans cette aventure car nous sommes restés pendant la nuit en permanence avec des passagers du bus qui nous ont informés et conseillés. Nous avons fait le repas du soir avec des gâteaux type bi-choco, nous avions une provision d'eau suffisante et un numéro de portable sénégalé pour prévenir nôtre hôte. Le record de temps du trajet est de 19 heures pour parcourir 270 kilomètres!!! Nous constaterons une fois de plus la gentillesse des sénégalais et la téranga (l'hospitalité) du Sénégal  est bien une réalité.